EN | DE | FR
Faites un don

Sommet Humanitaire Mondial: „Nous sommes au camp de base de l’Everest, au point de départ et non pas déjà à l’arrivée »

Optimisme prudent face à la mise en œuvre des engagements du Sommet
Abrecht von Boeselager, Grand Chancelier de l'Ordre de Malte au Sommet Humanitaire Mondial

Abrecht von Boeselager, Grand Chancelier de l'Ordre de Malte au Sommet Humanitaire Mondial.

Malteser International a signé 58 des 250 engagements volontaires proposés lors du premier Sommet Humanitaire Mondial (WHS), qui contiennent notamment le renforcement du rôle des acteurs humanitaires locaux et nationaux, l’amélioration des systèmes d’alerte rapide et une meilleure inclusion des personnes handicapées dans l’aide humanitaire.

Le Sommet, qui s’est tenu les 23 et 24 mai à Istanbul et auquel ont participé Malteser International et l’Ordre Souverain de Malte, a été conçu pour être le plus inclusif possible. A la différence des sommets précédents, le WHS a accueilli de nombreux participants non-gouvernementaux et il ne s’est pas terminé par la signature d’un document final par les états membres des Nations Unies. 

« Pour le moment, la plupart des organisations sont prudemment optimistes. Nous pouvons cependant affirmer que le Sommet a apporté un nouvel élan à l’aide humanitaire », explique Sid Johann Peruvemba, Vice-Secrétaire Général de Malteser International. « De très bonnes idées ont été présentées durant le Sommet. Il s’agit désormais de les transformer en actions concrètes. Nous sommes aujourd’hui au camp de base de l’Everest, au point de départ et non pas déjà à l’arrivée. »

Les engagements volontaires et le « Grand Bargain » (un pacte conclu entre les plus grands pays et institutions bailleurs de fonds, les Nations Unies, le Mouvement de la Croix Rouge et du Croissant Rouge et le réseau international des organisations humanitaires pour une plus grande efficacité de l’aide humanitaire) sont les deux résultats majeurs de ce Sommet. A la différence du Sommet Mondial sur le Climat par exemple, les engagements volontaires ne sont pas un document obligatoire signé par les états membres des Nations Unies.

La mise en œuvre des engagements ne va pas être une tâche facile : « Pour le moment, il n’existe pas de plan de mise en œuvre des réformes prises et aucun processus de supervision. Les organisations et institutions doivent elles-mêmes les mettre en place » ajoute Sid Johann Peruvemba.

A l’avenir, Malteser International – en coopération avec l’Ordre Souverain de Malte – souhaite améliorer et renforcer le rôle des acteurs confessionnels dans l’aide humanitaire. « Le Sommet est une véritable chance pour améliorer et encadrer l’aide humanitaire. Nous avons toutes les cartes en main, il s’agit désormais d’agir ! »  conclut Sid Johann Peruvemba.

Contact

Isaure Faivre d'Arcier
Email
+49-(0)221-9822-152