EN | DE | FR
Faites un don

Santé des personnes déplacées internes dans la province d'Ituri

En raison des troubles actuels dans la province d'Ituri, il y a 1,6 million de personnes déplacées internes. Depuis la fin de 2017, la situation dans la région de Djugu s'est à nouveau aggravée et la population souffre beaucoup du conflit armé. Les attaques contre la population civile sont presque quotidiennes, et les établissements de santé et les écoles sont également touchés par cette violence.

Le système de santé est déjà faible et certains bâtiments sanitaires ont été détruits pendant le conflit. En outre, les ressources des établissements de santé sont mises à rude épreuve par l'arrivée de nouveaux patients.

Les déplacés internes ont besoin d’accès aux soins médicaux, car ils arrivent souvent affaiblies ou malades à cause de leur fuite et sont logés dans des camps improvisés. Depuis 2018, nous fournissons des soins médicaux gratuits aux personnes déplacées et nous nous engageons à améliorer les conditions d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les centres de santé très fréquentés.

La province de l'Ituri a été dominée par divers conflits armés et troubles pendant des décennies. Au cours du cruel conflit de l'Ituri en 1999 et 2003, plus de 4 millions de personnes sont mortes des suites de la violence ou des restrictions en matière de soins de santé liées au conflit.

Depuis la fin de 2017, les tensions entre les groupes ethniques des Hema (majoritairement des éleveurs de bétail) et des Lendu (majoritairement des agriculteurs) dans la région de Djugu (province de l'Ituri) ont de nouveau augmenté et ont gagné en intensité depuis le début d'une offensive militaire en décembre 2019. Le mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo a donc été prolongé jusqu'à la fin décembre 2020.

Le HCR estime qu'entre mars et avril 2020 seulement, quelque 3000 violations des droits de l'homme ont été commises, dont des massacres et des violences sexuelles. Cela représente une moyenne de près de 50 attaques par jour contre la population civile. Les établissements de santé et leur personnel sont également touchés par ces violences. En un an (juin 2019 - mai 2020), près de 80 structures de santé ont été détruites dans la région de Djugu et de Mahagi.

On estime qu'entre décembre 2019 et juin 2020, en raison de l'insécurité constante, jusqu'à 500 000 personnes ont fui la violence dans les régions de Djugu, Irumu et Mahagi. Ces personnes doivent être comptées en plus de celles déjà déplacées - leur nombre exact est actuellement difficile à déterminer mais il s'agit certainement de plusieurs centaines de milliers. Cela porte le nombre total de déplacés internes dans la province à 1,6 million, la majorité étant des femmes et des enfants.

Environ 80 % des déplacés internes sont actuellement hébergés dans des familles d'accueil ou dorment en plein air. Les camps organisés sont très limités et déjà surpeuplés. Les conditions de vie y sont difficiles et les besoins humanitaires dans les domaines de la santé, de la nutrition et de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH) sont énormes. L'assistance actuelle des acteurs humanitaires est plutôt faible.

Les personnes déplacées internes sont souvent affaiblies et blessées par la fuite et ont besoin de soins médicaux. Cependant, elles ne peuvent souvent pas payer le coût des traitements et des médicaments. En outre, la plupart des centres de santé de la région - marqués par des années de conflit et un manque de ressources - disposent de structures d'eau et d'hygiène inadéquates.

  • Soins médicaux gratuits pour les personnes déplacées internes
  • Amélioration des infrastructures d'eau et d'assainissement dans les structures de santé
  • Amélioration des normes d'hygiène dans les centres de santé afin de réduire les maladies et leur transmission ainsi que d'autres risques sanitaires
  • Distribution de kits de médicaux et appui financier aux centres de santé et aux hôpitaux afin de permettre la gratuité des soins
  • Construction de structures de base pour l'eau, l'hygiène et l’assainissement dans les centres de santé très fréquentés, telles que des latrines, des douches et des incinérateurs
  • Réhabilitation de 2 centres de santé qui étaient détruits pendant le conflit
  • Approvisionnement des centres de santé en matériel pour la prévention des infections et la sécurité au travail
  • Formation régulière sur le terrain pour améliorer la qualité des traitements ainsi que les mesures de prévention des infections

Infos pays

Capitale: Kinshasa
Surface: 2.345.410 km²
Population: 85 millions d'habitants

Infos projet

Financement: Ministère fédéral des Affaires Etrangères et dons privés 
Partenaires: Centres de santé et hôpitaux de référence, autorités sanitaires locales et nationales

Soutenez nos projets dans le monde!
Faites un don

Avertissement concernant l’utilisation de cookies

Ce site Web utilise des cookies afin d’en faciliter l’utilisation. Lorsque vous vous rendez sur le site Web, vous consentez à l'emploi de cookies.
Cliquez ici pour obtenir plus de détails sur notre suivi.

Pixel Facebook

Ce site utilise un pixel Facebook, qui permet d’évaluer la réussite de campagnes publicitaires. Vos données sont transmises de manière anonyme et ne peuvent pas être retracées jusqu'à vous personnellement.