EN | DE | FR
Faites un don

Rajuma, le témoignage d’une réfugiée Rohingya

Foto: Noor Ahmed Gelal/Malteser International

A 30 ans, Rajuma a vécu des souffrances inimaginables. Elle appartient à la minorité des Rohingya et est originaire du village de Tula Toli au Myanmar. Village qui a été entièrement brûlé le 30 août 2017. En raison des restrictions d’accès pour les journalistes et organisations humanitaires, il est difficile de connaitre le réel nombre de victimes. Des témoins oculaires parlent de 300 victimes. La plupart des femmes et des enfants. Rajuma a presque perdu toute sa famille, seul un de ces cinq enfants a survécu et a pu fuir avec elle vers le Bangladesh.

« Le 30 août 2017 restera la pire journée de ma vie. Les horreurs ont commencé dès l’aurore. Les soldats sont encerclés le village, empêchant toute fuite. Ils nous disaient, que rien n’allait nous arriver. Mais c’était un mensonge. Les soldats ont obligé les habitants à se rassembler sur la place du village. A ce moment-là ils ont commencé à piller nos maisons et à tout brûler. »

 

 

Meurtres et viols

Par peur, Rajuma et sa famille restent cachés dans leur hutte. Les soldats entrent et tuent le mari de Rajuma devant ses yeux. Puis, ce sont quatre enfants qui sont abattus : ses filles de deux, cinq et sept ans ainsi que son fils de 11 ans. Seule une fille survivra. Rajuma est ensuite victime d’un viol collectif. Après avoir survécu à cette épreuve, les soldats quittent la hutte et y mettent le feu. La jeune femme restera enfermé, jusqu’à être sûre que les soldats soient partis. Elle arrivera à sortir de la hutte à temps, mais la moitié de son corps sera brûlé. Avec ses dernières forces, elle se cache dans un étang voisin et sera aidé par un voisin. Rajuma et sa fille se cacheront quatre jours dans les champs de riz, avant de pouvoir traverser la frontière vers le Bangladesh.

Fuire le Myanmar pour trouver refuge au Bangladesh

Le village a été entièrement détruit. Les survivants racontent comment les soldats ont séparé les hommes, les femmes et les enfants. Les hommes et les enfants ont été tués de manière brutale : brûlé vivant, décapité, lynché ou abattu. De nombreuses femmes ont été violées à maintes reprises afin d’être assassiné.

En arrivant au Bangladesh, les brûlures de Rajuma ont été soignées dans un hôpital. Il aura fallu trois mois pour que les blessures guérissent. Les violences ont laissé de profondes cicatrices, pas seulement sur le corps de la jeune femme. Les cicatrices psychologiques sont profondes et devront être soignées. Les souvenirs de la perte brutale de sa famille hantent toujours Rajuma.

Faites un don et venez en aide aux réfugiés Rohingya

Grâce à votre soutien, nous pouvons aider des femmes comme Rajuma à retrouver le chemin de la vie. Faites un don et aidez ainsi les réfugiés du Myanmar au Bangladesh.

Soutenez les réfugiés Rohingya au Bangladesh - faites un don !
Faites un don