EN | DE | FR
Faites un don

Village de Schastia : aperçu de la vie dans la zone grise

En collaboration avec notre organisation partenaire "Psychological Crisis Service", nous soutenons un centre de soutien psychosocial à Schastia, en Ukraine. Photo : Malteser International

La petite ville à l'est de l'Ukraine s'appelle Schastia. En allemand, le nom du lieu signifie "chance", mais les circonstances dans lesquelles les gens vivent ici depuis le début de la guerre, il y a cinq ans, sont difficiles.
 
Schastia se situe juste avant la "ligne de contact" dans l'Est de l'Ukraine, où la guerre perdure. Avant que les combats ne débutent en 2014, Shastia était une banlieue de Lugansk. Aujourd'hui, Lugansk se trouve dans la région séparatiste et Shastia en Ukraine. Ainsi, pour de nombreux habitants du village, leur maison, leur lieu de travail, leur famille, mais aussi des infrastructures importantes comme l'hôpital, sont devenus inaccessibles.

Ceux qui sont restés à Schastia et qui n'ont pas fui plus à l'ouest ont connu des années de bombardements et d'anxiété, à toujours se demander si le front allait se déplacer et si le village allait être conquis. 
Au cours de la première année qui a suivi le début des combats, de nombreuses personnes vivant à Shastia ont dormi habillées, leur passeport dans la poche.

En collaboration avec notre organisation partenaire ukrainienne "Psychological Crisis Service", nous gérons un centre de soutien psychosocial à Schastia. Le centre, situé juste derrière la ligne de front à Schastia, offre divers services de soutien aux habitants, qui attendent toujours la paix. Au centre, il est possible de participer à des discussions individuelles et des discussions de groupe et de faire des formations pour faire face au stress et aux peurs. Le centre propose également des offres d'ergothérapie, des techniques pour se confronter à ses traumatismes, des cours de premiers secours et un soutien pour faire face à la vie quotidienne. Les offres de services sociaux sont combinées à un soutien psychologique spécialisé.

Natali* est la coordinatrice du centre. En 2014, elle a fui Lugansk. "Les premières sessions, dans lesquelles on apprend à se connaître, sont les plus difficiles", raconte Natali. "Tous les jours, je prépare des mouchoirs que je place dans notre petite salle de consultation. En fin de compte, les gens sont épuisés. Surtout pendant les premiers entretiens, il y a beaucoup de pleurs, parce que beaucoup de souffrances se sont accumulées". Avec le temps, les patients acceptent souvent de participer à des sessions de groupe.

Natali est la coordinatrice du Centre de soutien psychosocial de Schastia. Photo : Malteser International

Premiers secours médicaux et psychologiques pour les habitants de Schastia

Les cours de premiers secours sont particulièrement populaires à Schastia. "C’est notamment parce que les anciens diplômés ont pu mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Par exemple, un ancien participant a réanimé un enfant et lui a sauvé la vie. Tout le monde à Schastia connaît cette histoire. Les cours de premiers secours offerts ici comprennent les premiers soins médicaux et psychologiques. Il s’agit de donner aux gens la capacité d'agir et de contrôler leur propre vie. Être capable d'aider les autres signifie aussi que vous n'avez pas encore abandonné", explique Natali.

Le centre permet un échange social et un soutien psychologique. Photo : Malteser International
Les cours de premiers secours du centre comprennent des cours de premiers soins médicaux et psychologiques. Photo : Malteser International

La plupart des gens qui vivaient à Shastia dans la phase de conflit aiguë de 2014 et 2015 ont vu de nombreux morts. "Depuis l'accord de paix de Minsk 2, les choses se sont calmées. Néanmoins, nous entendons encore beaucoup de coups de feu et environ deux fois par an, des maisons sont touchées et des personnes blessées ou tuées", rapporte Natali. Elle poursuit, pensive : "Entre-temps, il est devenu plus difficile de supporter les bombardements, parce que nous avons déjà frôlé la paix, mais elle ne se réalise pas.


*Nous avons changé le nom pour des raisons de sécurité.

Texte : Britta Schweighöfer, juin 2019
 

Faites un don pour le soutien psychosocial en Ukraine !
Faites un don

Avertissement concernant l’utilisation de cookies

Ce site Web utilise des cookies afin d’en faciliter l’utilisation. Lorsque vous vous rendez sur le site Web, vous consentez à l'emploi de cookies.
Cliquez ici pour obtenir plus de détails sur notre suivi.

Pixel Facebook

Ce site utilise un pixel Facebook, qui permet d’évaluer la réussite de campagnes publicitaires. Vos données sont transmises de manière anonyme et ne peuvent pas être retracées jusqu'à vous personnellement.