EN | DE | FR
Faites un don

Un repas scolaire pour apprendre et réaliser ses rêves

© African Visuals Media/Malteser International

«  Grâce aux repas que nous recevons à l’école, j’espère pouvoir réaliser mon rêve de devenir maîtresse plus tard. Sans repas, je n’aurais pas pu aller à l’école car j’aurais dû chercher de quoi manger dans les rues. » Suzanne Peter a fui les violences dans son village pour trouver refuge avec sa famille dans la ville de Wau. Depuis quelques mois, Suzanne, 8 ans, fréquente les bancs de l’école et fait partie des 5000 enfants qui reçoivent un repas chaud quotidien. Elle nous raconte son rêve de devenir maîtresse et la vie en tant que jeune réfugiée au Soudan du Sud. 

La situation alimentaire dans les camps de réfugiés est désastreuse

« Avant de recevoir un repas à l’école, c’était difficile de se concentrer le ventre vide pour suivre les cours. Nous recevons de la nourriture dans les camps où nous vivons, mais cela ne suffit pas. » Les familles qui ont fui les régions touchées par la guerre civile, ont trouvé refuge dans les camps de réfugiés. En raison d’une pénurie alimentaire dans le pays, les familles ne reçoivent qu’une demi-ration alimentaire par jour. Une ration entière permet couvrir tout juste les besoins caloriques et nutritionnels d’une personne. La famine touche de nombreuses régions du pays et des milliers d’enfants et d’adultes souffrent déjà de malnutrition. 

Les effets de la famine sur la scolarité des enfants

Suzanne Peter rêve un jour de devenir maîtresse. Elle travaille dur à l'école pour réaliser ce rêve. © African Visuals Media/Malteser International

Avant que la guerre civile ne ravage son village, Suzanne prenait un léger petit déjeuner avant d’aller à l’école. Mais cela ne suffisait pas toujours. « Le chemin pour aller à l’école était très long, et en arrivant en cours, j’avais à nouveau faim. Parfois je ne voyais plus rien dès la première heure de cours. Tout devenait noir. Je ne pouvais pas me concentrer et participer aux cours. Et mes notes étaient très mauvaises. J’étais triste, parce que pour devenir maîtresse je devais avoir de bonnes notes pour pouvoir étudier plus tard. Mon rêve s’envolait toujours plus. Mais heureusement, maintenant c’est différent!“, raconte Suzanne avec enthousiasme.

Les repas scolaires favorisent la motivation et la performance

Depuis qu’elle reçoit un repas quotidien, Suzanne se réjouit encore plus d’aller à l’école : « Mais pas seulement parce que nous recevons un repas ! J’aime beaucoup aller à l’école. Ma matière préférée est l’anglais. Et ma maîtresse est super! Quand je serais grande, j’aimerais devenir comme elle !»

Sa famille est sa plus grande motivation pour réaliser son rêve. Particulièrement depuis que Suzanne a perdu sa mère pendant que la famille fuyait. « Je vis désormais avec ma grand-mère et mes cinq frères et sœurs ». Sa grand-mère s’occupe corps et âme des enfants. Elle travaille dur chaque jour, pour pouvoir nourrir ses petits-enfants. « J’aimerais avoir un bon métier pour pouvoir aider ma grand-mère et mes frères et sœurs. Je veux pouvoir lui rendre un jour ce qu’elle nous a donné », conclut fièrement la jeune fille.

Suzanne a fui les violences avec sa famille et vit désormais dans un camp de réfugiés. © African Visuals Media/Malteser International

En savoir plus sur le projet dans les écoles :

Améliorer la nutrition des écoliers au Soudan du Sud

Soutenez ce projet : faites un don !
Faites un don

Journée Mondiale des Pauvres :

« N'aimons pas en paroles, mais par des actes. »

Aidez les écoliers au Soudan du Sud - faites un don !
Faites un don